Le digestif crève l’écran : Le Moonshine des frères Bondurant

En 2008 parait le livre « The Wettest county in the World » (ou « Le conté le plus humide du monde »). Son auteur, Matt Bondurant, relate l’histoire de sa famille en entremêlant les anecdotes de table, les sources historiques, les coupures de presse et des passages imaginés.

Il introduit donc ses ancêtres Forrest, Howard et Jack Bondurant à la glorieuse époque de la prohibition dans le conté de Franklin, en Virginie. Ce conté, éponyme, était connu pour abriter des distilleries de contrebande qui alimentaient les réseaux clandestins. Bien sûr, cette fratrie ne fait pas figure d’exception dans le monde lucratif des bootlegers. Ils produisent leur Moonshine et le distribuent sans se soucier des lois qui encadrent le marché entre trafiquants ni des lois qui interdisent la production et la consommation d’alcool.

Si vous avez la flemme d’ouvrir le livre, une adaptation cinématographique datant de 2012 est plutôt fidèle à la version de l’auteur. Un film réalisé par le cinéaste Australien John Hillcoat (à l’origine de La Route, Triple 9, mais aussi de la publicité pour le jeu Red Dead Redemption) avec un scénario et une bande originale de Nick Cave (qui est aussi responsable d’une bonne partie de la BO de Peaky Blinders). Vous êtes donc face à un univers plutôt riche, qui transpose bien les particularités des Bondurant lors d’une époque violente et tumultueuse.

Un des vrais sujets de ce film, c’est le Moonshine. Les frères le produisent, le distribuent, et c’est lors de la prohibition américaine que ce produit va naître!

Imaginez une société où l’alcool est interdit. Je ne parle pas d’une société où il suffit d’être majeur pour s’en procurer, ni d’une société où le mini market du coin n’en vend pas les soirs de match, mais d’une société où la moindre goutte de l’alcool fait l’objet d’une interdiction générale d’ordre légal. Si vous souhaitiez vous en procurer, il fallait fréquenter des endroits spécifiques, un peu isolés, et fréquenter le gratin de bandits qui les possèdent. L’alcool que vous aurez la chance de consommer, va être produit dans des circonstances légèrement particulières.

Pour éviter d’attirer l’attention, l’alcool est distillé à la lueur de la lune (Moonshine) et distribué sous le manteau (la bouteille cachée dans une botte donna l’expression Bootleger). Bien sûr l’alcool est de mauvaise qualité, puisqu’il ne passe pas par toutes les étapes de fermentation requise et qu’il est souvent confectionné dans de petits alambiques. En outre, on le voit souvent transporté dans des bocaux de toutes les tailles, faute de mieux.

C’est précisément de ce côté de l’état de Virginie que les Bondurant vous mènent à la baguette. Ils rivalisent d’intelligence, et n’hésitent pas à user de la sacrosainte violence de l’époque, pour s’imposer. Tenir en respect les forces de l’ordre et les truands concurrents, il s’agit pour eux de faire leurs preuves en fournissant un alcool de bonne qualité, distillé et acheminé dans des conditions difficiles.

Désormais pour un événement Bootlegger, Al Capone ou Speakeasy, les Bondurant de ta soirée c’est chez KOL que tu les trouves ! Faites nous confiance pour acheminer sans l’ombre d’un problème, un whisky tourbé ou de quoi faire un Old Fashionned bien sentit !

Partager :
Vous pouvez aussi aimer...
Les marques d’alcool
Lifestyle - Spiritueux
L’absinthe interdite : l’alcool des artistes s’absente… et revient !
Lifestyle - Oenology

Laisser un commentaire