L’alcool dans le monde

Dans le monde, une large partie de la population des pays en développement ne boit pas d’alcool comme l’Inde. Dans cet article nous allons nous intéresser aux pays qui en consomment.

Dans le top des buveurs, on retrouve en première position le Tchad, un pays d’Afrique centrale situé au sud de la Libye. En moyenne, le Tchadien ingère 33,9 litres d’alcool pur par an. En comparaison les Russes en consomment seulement 22,3 litres par an !
En deuxième position, on retrouve la Gambie avec 30,9 litres, et en troisième le Mali avec 29,3 litres.  

Ce classement montre que le continent africain est un ‘gros’ consommateur d’alcool.

Les Africains consomment beaucoup d’alcools forts typiques comme le « Lotoko » au Congo. C’est un alcool réalisé à partir de la fermentation du maïs et du manioc.
Il peut dépasser les 50° !   Mais ce n’est pas grand-chose comparé au « Laela Mmago », alcool originaire du Botswana. Il se traduit littéralement par « Au revoir Maman » et peut atteindre 80°. Cet alcool est composé de millet ou de sorgho.

Dans le monde, ces alcools africains ne sont pas exportés, trop dangereux. De plus, l’alcool fort n’est pas forcément à la mode sur tous les continents.

Le continent américain par exemple est un gros consommateur de bière. En pourcentage, cela représente 39% des Américains, pour 35% du vin et 22% des alcools forts. Mais les femmes préfèrent largement le vin, plus d’une femme sur deux, alors que les hommes un sur dix. En général on retrouve les buveurs de vin à l’Est du pays et les amateurs de bière au Centre.

Une majorité d’Américains boit peu ou pas d’alcool, et une minorité une quantité importante. 30% des Américains de plus de 18 ans ne boivent plus, et 30% se limitent à un verre par semaine. 10% de la population consomme en revanche 74 boissons alcoolisées par semaine, l’équivalent de 4,5 bouteilles de whisky. Dans le monde, ce sont les seules à avoir un tel écart entre les plus gros consommateurs et les plus faibles.

Une autre particularité qu’ont les États-Unis est l’âge légal pour consommer de l’alcool ! Il faut avoir 21 ans révolus, malgré que dans certains États il est possible de boire plus jeune accompagné d’un parent.

En résumé, les Américains boivent de façon raisonnée, et majoritairement de la bière. Ils sont classés 23es dans le top 100 des plus gros consommateurs de bières.

Dans ce classement on retrouve beaucoup de pays d’Europe (7 dans les 10 premiers), la République tchèque est le plus gros consommateur et la France n’est que 67e. D’ailleurs la plupart des pays d’Europe ont comme boisson favorite la bière comme l’Islande, la Pologne, la Norvège, la Finlande, l’Espagne…

En comptant tous les alcools confondus, l’Estonie est le pays le plus consommateur, avec 1,65 litre de vin, 5,64 litres de spiritueux et 5,84 litres de bière.

Contrairement à l’Estonie, la France est un pays où l’on boit beaucoup de vin (6,6 litres par habitant), soit 56,41% de la consommation annuelle. Les autres pays européens qui consomment beaucoup de vin sont l’Italie, le Portugal, la Suède ou encore le Royaume-Uni.

Comme en Europe, le continent asiatique reproduit à peu près le même schéma, avec la prédominance de la bière, mais les liqueurs remplacent le vin.

La Chine est le premier producteur de bière au monde, avec environ 25% de la production mondiale. La production est principalement pour la demande locale avec quelques bières célèbres comme Tsingtao, Snow ou Harbin. Les Chinois aiment également les liqueurs,très populaires dans les affaires.

Les Japonais ne sont pas de gros consommateurs d’alcool, et préfèrent majoritairement la bière, et peu l’alcool fort. L’alcool dans ce pays n’est pas vu comme négatif il y a d’ailleurs des spots publicitaires sur la vente de boissons.

Outre la bière, les Asiatiques apprécient aussi l’alcool fort. Les Sud-coréens par exemple sont les plus gros buveurs d’alcool fort au monde (deux fois plus que les Russes) !

Les Russes consommeraient presque deux fois moins qu’il y a 10 ans. Cela représente 10,3 litres par habitant contre 18 litres en 2008. Donc moins qu’en France (12,6 litres) !

Mais ces chiffres n’expriment pas vraiment la réalité. L’explication est qu’une partie des Russes ne consomment plus d’alcool légalement. La part du marché noir attendrait désormais 45% de la consommation totale en Russie. La hausse des prix officiels de la vodka y serait pour quelque chose, les consommateurs les moins fortunés achèteraient du coup des produits de la distillation illégale.  

Partager :
Vous pouvez aussi aimer...
Interview de Benjamin Kuentz
Lifestyle - Oenologie - Spiritueux
Le vin chilien, pas si innocent
Oenologie