La petite histoire des grands cocktails : Bloody Mary

 

Quel est le point commun entre une sorcière effrayante, Hemingway qui libère le bar du Ritz du joug allemand et du jus de tomate à la vodka ? Kol event va vous raconter.

A la lecture de cette question, nous devrions abandonner tout de suite l’idée de chercher une réponse. Pourtant, elle est évidente voyons ! Chacune de ces histoires tache d’expliquer l’origine du nom du Bloody Mary. Il se trouve qu’il y a plusieurs explications. Nous ne sommes pas sûr de sa provenance exacte ni de sa signification. Ce qui est sur c’est que chez Kol event on en sert régulièrement.

Au départ, le terme de Bloody Mary (qui se traduit « Marie la sanglante ») fait écho au folklore occidental. Semblable à la « Dame Blanche », ce spectre fait partie intégrante d’une histoire horrifique. Il serait possible d’invoquer l’esprit ensanglanté en prononçant son nom devant un miroir, suite à quoi Mary viendrait vous emporter dans son monde. La couleur du cocktail laisse à penser qu’il y a un peu de vrai dans l’histoire !

Mais le terme Bloody Mary (que nous traduisons cette fois en « Marie la sanguinaire ») peut aussi rappeler le surnom de Marie Tudor, une reine d’Angleterre plutôt connue pour sa férocité. Au XVIème siècle, elle persécute les anglicans et s’illustre pour la cruauté de ses massacres. Là aussi, l’idée colle assez bien au cocktail !

Rajoutons encore un peu de flou artistique dans cette affaire si vous le voulez bien ! On raconte qu’au bar du Ritz place Vendôme à Paris, Ernest Hemingway aimait bien boire quelques verres avant de rentrer. Selon la légende, il aurait libéré l’établissement en personne de l’occupant allemand après le débarquement. Normal qu’après ça il s’installe au bar, me direz-vous… Il y a tant trainé qu’aujourd’hui le Petit Bar de l’hôtel porte son nom ! Et sans se venter on fait des aussi bons cocktails sur kol-event.com

Lorsqu’il rentrait chez lui, sa femme Mary avait tendance à s’emporter s’il sentait l’alcool. Hemingway demanda donc à un barman de lui confectionner quelque chose qui ne sente pas l’alcool afin d’arrêter de passer des nuits entières sur le canapé. Ernest surnommait sa femme Bloody Mary (que nous traduisons cette fois ci en « Satanée Marie ! ») et le cocktail aurait emprunté ce dernier pour cette raison !

On vous avait prévenu, on est sûr de rien dans cette affaire. En revanche, on sait comment faire un bon Bloody Mary chez kol event !

Au Shaker, mélangez 4cl de vodka, 12cl de jus de tomate, 0,5cl de jus de citron et 0,5cl de Worcestershire sauce. Ajouter du sel de céleri et quelques gouttes du piment de votre choix. Vous pouvez opter pour un peu ou beaucoup de Tabasco, ou bien opter pour une extravagance choisie qui relèvera votre cocktail ! A servir dans un tumbler avec des glaçons, et une déco légumineuse!

Sachez qu’à l’image du White Russian, le Bloody Mary possède un nombre effrayant de déclinaisons. Vous pouvez remplacer la vodka par de l’absinthe (Bloody Fairy), par du saké (Bloody Geisha), le préféré de kol event, par de la tequila (Bloody Matador), voir par de la Guinness (Bloody Maureen).

Si vous arrivez au milieu d’une soirée et que vous avez du retard à rattraper, attaquez par un Bloody Death (Whisky, Tequila, Vodka, Rhum, Gin et Grenadine) !

Bien sûr, pour un cocktail clé en main à la maison pensez à Kol event ! www.kol-event.com se charge de vous envoyer des bartenders spécialistes du Bloody Mary et du reste !

Partager :
Vous pouvez aussi aimer...
L’absinthe interdite : l’alcool des artistes s’absente… et revient !
Lifestyle - Oenology
Et la soirée fût
Lifestyle

Laisser un commentaire